Accueil
  Les poètes
  Les poèmes
 
 
  La revue
  + n° 35
  + n° 34
  + n° 33
   - n° 32
  + n° 31
  + n° 30
  + n° 29
  + n° 28
  + n° 27
 
  L'association
  Liens

 
La revue du Moulin de Poésie
 

 
 
Le numéro 32 de la revue
 
SPECIAL SAINTES-NIVELLES

Nous fêtons, ici, en compagnie des poètes belges de Nivelles et quelques-autres d'ailleurs, en Belgique, les cinquante ans de jumelage entre Nivelles et Saintes. Heureux prétexte qui permet une rencontre entre Le Moulin de Poésie, sis en Saintonge, et Pégase, association nivelloise.


 
Listes des poètes
Extraits

 
 
 
LES POÈTES
 
Georges ADRIANNE
Camille de ARCHANGÉLIS
Michèle BAPTISTA
Julos BEAUCARNE
Walther BELLOTTO
Jacques BIDEAU
Georges BONNET
Georges G. BOUDART
Mathé BOUDART-KANIEWSKI
Jean-Marie BOUTINOT
Pierre BRANDAO
Claude BRAUN
Albert CAUPAIN
Dany CHAIGNE
Madeleine CHAPSAL
Rolande CIELNY
Lucie COLLET
Marie DAURIGNAC TIEMBLO
Maurice DEDYE
Joseph DELMELLE

Claude DUCORNETZ
Yvette DUFRANE
Yvonne DUPONT
Jeannine FRANKEN
Raoul GEFFRÉ
Robert GÉLIS
Marie-Thérèse GILLET
Charles GOURDIN
Jean-François HEROUARD
H.S.
Martine JOUSSELIN
Henry LAGNEAUX
Janine LAMIRAUD
Jacques LARDINOIS
Michel LEMERCIER
Millika LWYNN
Jeanne MABILDE
Annie MAMBOUR
Andrée MARIK
Caroline MATHIAS
Viviane MATTHYS
Georgette MELINGE-BRADLEY
Michel METREAU
Arlette de MEURERS
Denis MOGENET
Erich von NEFF
Colette NYS-MAZURE
Jean-Bernard PAPI
Anne-Marie PISCINA
Ludmilla PODKOSOVA
Daniel RAMAT
Louis RAVET
Janine REMOUCHAMPS-DERY

Nadège ROBERT
Rolande ROBILLARD
Salvatore SANPHILIPPO
Danielle SIRON
Jacques TABARY
Jacques VANWAREMBERG
Philippe VEYRUNES
Guy VIEILFAULT
Dany VINET
Jean-Jacques VRILLAUD
Jean-Luc WAUTHIER
Anne-Marielle WILWERTH
 
 
ILLUSTRATIONS
 
Françoise BOURBILLÈRES
Nadine CORBIN
Jean-Fabius HENRION
Jean-Claude LUCAZEAU
Dominique PEYRAUD
Marie TILLARD-CASTIES

 
 
         La farandole
 
 
Pour danser la farandole
Il faut de bonnes guiboles
Il faut aussi montrer de l'aisance
Et porter la longue jupe avec élégance
A Nivelles, le premier samedi du mois
On rencontre un groupe joyeux marchant d'un bon pas
Où courent-ils donc ainsi la mallette sous le bras ?
Au restaurant « La Farandole » non pour faire bombance
Comme il est d'usage en ce genre d'endroit
Mais pour réciter leurs sonnets et leurs stances
Car c'est le lieu de rencontre des Écrivains Nivellois
Maurice quitte Ostende, sa cité balnéaire
Pour se baigner dans l'ambiance populaire
Au marché aclot hebdomadaire
Jacques évoque ses lointains voyages
Et quand il nous parle de Bouddha et de Shiva
On peut croire qu'après avoir traversé plusieurs karmas
Il espère atteindre l'état de nirvana
Viviane dont on connaît le goût du rire
Connaît toujours la dernière plaisanterie
Et quand l'ambiance se fait tragique
Elle trouve toujours un petit mot comique
On se laisse parfois aller à quelques confidences
Sans pourtant jamais sombrer dans la complaisance
Les isolés y trouvent des amis
Et au moment de se quitter, on se sent tout ragaillardi.
 
 
         Jeannine FRANKEN
         Association Pégase - Nivelles
 
 


 
 
dessin Jean-Claude LUCAZEAU

 
 
         Anniversaires
 
 
Cent septant'cinq années
Pour notre beau pays
C'est le temps imparti
Pour fêter la durée
D'une Belgique unie
 
Cinquante ans maintenant
C'est le nombre de piges
Qu'ensemble se dirige
Un jumelage franc
De Saintes et de Nivelles
 
C'est le nombre vingt-cinq
Dans notre Wallonie
Qu'indique sa vie
On chante, on rit, on trinque
Côté région jolie
 
Durant un jour par an
C'est pour chacun la fête
Et ses proches s'apprêtent
A le vieillir pourtant
Oh union ! Oh famille !
 
 
         Louis RAVET
         Association Pégase - Nivelles
          Petite larme
 
 
Juste une larme, s'il vous plaît
Merci.
C'est peu, c'est raisonnable.
C'est joli
Une larme.
Cette petite goutte
Qui roule sur la joue
C'est important
Et émouvant,
Et parfois beau.
Est-ce qu'elle sera
Celle qui fera
Déborder le vase .
 
Ou bien alors
Restera-t-elle,
Tout simplement,
Perdue dans l'océan.
 
 
         Rolande ROBILLARD
         Moulin de Poésie
 
 
Tu imaginais Lalla cette contrée sans eau ruisseaux aux abois fleuves à l'affût ce pays aux mille soleils sans bouche pour l'assouvir de désir n' était-ce pas déjà le cas dans l'Oued Ykzem là où les troupeaux appellent les voix des sources des forêts disparues le long du récif tu écoutes le chant du muezzin pourrais-je un jour oublier à quel point la fontaine chérissait son eau
 
 
         Ludmilla PODKOSOVA
         Moulin de Poésie
 
 


 
 
dessin Jean-Fabius HENRION

 
 
         Nous sommes 180 millions de francophones
 
 
Nous sommes 180 millions de francophones dans le monde.
On parle français au Québec à Rebecq
à Flobecq à Tahiti à Haïti au Burundi
au Togo au Congo à Bamako à Madagascar
à Dakar en Côte d'Ivoire en Haute Volta
à Brazza au Rwanda en Guyane
à la Guadeloupe au Sénégal à la Martinique à Saint-Pierre
et Miquelon au Gabon en Nouvelle Calédonie en Tunisie
au Liban dans les Nouvelles Hébrides dans l'île de la Désirade
dans l'île de la Marie Galante dans l'île Maurice
au Cameroun en France à Gérompont-Petit-Rosières à Sorrines-la-Longue
à Tourinnes-la-Grosse à Jandrain-Jandrenouille.
On parle français à Pondichéry dans les Indes en Louisiane
à Matagne dans les Fagnes, les indiens algonquins de l'État
de New York parlent français
et les gros ventres du Montana également.
Nous sommes en tout 180 millions de francophones dans le monde
voilà pouqwé No ston firs dyesse Wallons*
 
 
         Julos BEAUCARNE
         Belgique
 
 
 
*voilà pourquoi nous sommes fiers d'être Wallons.
 
 
 
Extrait du CD "Front de libération des arbres fruitiers" © LHF
www.julos.be
 
 

 
 
dessin Françoise BOURILLÈRES
 
 
 
 
C'est ainsi que s'installe le soir
Quelques flaques sur la route
tiennent tête au ciel une tristesse
douce se glisse sur les choses
en frondaisons et offrandes
les heures sont abandonnées
pour ombre sous les cèdres
Respirent alors sur les étagères
des objets parés
d'une simplicité ancienne
des confitures soigneusement étiquetées
et dévorées de fièvres
Un coffret oublié
dessaisi de son usage
entre dans l'énigme de l'instant
 
 
         Georges BONNET
         Moulin de Poésie
 
 
         Noël au parc
 
 
Le parc a revêtu sa guenilled'hiver
Et les sentiers glacés sont remplis de mystère.
Les arbres nus se penchent au-dessus de l'eau noire
Une lueur orange illumine le soir.
 
Les oiseaux se sont tus, et les canards frileux,
En resserrant leurs ailes, ont refermé les yeux.
Le ciel est suspendu comme un lac de cristal
Le silence s'étend dans cette cathédrale.
 
Noël brille en l'étoile qui apparaît au ciel
Il est au coeur du monde en gerbes d'étincelles.
Il apporte un espoir venu des temps passés,
Il nous parle d'amour, de paix, d'éternité.
 
 
         Janine REMOUCHAMPS-DERY
         Association Pégase - Nivelles
         Imovane
 
 
Mon corps est un grand lit
Où ne dort plus personne
Et les feuilles d'automne
Sur moi pleuvent la nuit.
 
En moi pourrit le fruit,
La fleur devient couronne
Et la belle madone
Comme une veuve fuit.
 
C'est l'Unique Espérance
En vain qui se fiance
A la Mort dont le chant
 
Se fige sous ma porte,
Quand Imovane apporte
Le sable du marchand.
 
 
         Michel METREAU
         Moulin de Poésie
 
 

 
 
dessin Marie TILLARD-CASTIES
 
 
 
        Bilan
 
 
J'exhume mon passé, je compte mes amis
Et les passe à travers les mailles d'un tamis.
Je suis déçu : pas un dont le coeur ne m'échappe,
Pas un grain - un seul ! - qui ne tombe de la grappe
Et, roulant sur le sol, n'achève son destin
En dehors du pressoir et des foudres à vin.
Ainsi qu'un vigneron pleurant sur sa vendange,
Je me trouve seul avec mes souvenirs
Et me sens désarmé, seul face à l'avenir
Et subissant le sort ainsi qu'un anathème,
Ne croyant plus à rien si ce n'est à moi-même
Je regarde le ciel qui se fait menaçant
Et j'écoute aboyer la meute des grands vents.
A quoi bon, cependant, renoncer à ma chance ?
Le chêne est le produit d'une infime semence
Et ce qu'on croit perdu n'est souvent que caché,
Tenant au plus profond du sol pour y chercher
De quoi nourrir l'espoir des lendemains qui chantent.
Volontaire, obstiné, je suis comme la plante
Qui, sans souci du temps, fidèle à sa raison,
Cache en elle les fleurs des prochaines saisons,
Promet le fruit dont le noyau sera le gage
D'autres fruits plus nombreux que le sable des plages.
Ainsi, pour le futur, je répands en semis
Des vers qui me feront d'invisibles amis.
 
 
         Joseph DELMELLE
         Association Pégase - Nivelles
 
 
         S'évader
 
 
Déchiqueté aux barbelés
A l'orée de la démocratique Europe
L'homme noir de sang et de sueur
Expose sa chair ivoire et rose
 
D'un soleil à un autre
D'une dune à la lune
Sous des balles à d'autres salves
Poussant ses poussiéreuses sandales
Il déambule
 
 
Gorgé de vent et de sable
D'oueds à sec à des regs érémitiques
Il avance seul au centre d'une foule famélique
 
Oui
La frontière métallique
N'emprisonnera pas son corps
Son esprit extatique
Vagabondera vers les villes nordiques
Où dégorgent les décharges
Ah ! se vautrer dans des immondices
Pour nourrir mères, pères, filles et fils
 
Ce soir
Le vent du Sud
Fait la bise au vent du Nord
Dans une longue plainte aux nuages ensanglantés
 
Non
Comment pouvoir encore écrire ?
 
 
         Daniel RAMAT
         Moulin de Poésie
 
 
 

 
 
dessin Marie TILLARD-CASTIES
 
 
         Farandole
 
 
Ce fut une après-midi folle.
Nous étions à la « FARANDOLE»,
Palais de la bonne tambouille
Et succulentes ratatouilles.
Tous déjà bien conditionnés
Par leurs grands crus millésimés
Nous devisions autour des tables
En dégustant, qui un bon râble,
Qui une bonne bouillabaisse,
Arrosés, ne vous en déplaise,
D'un Bourgogne ou bien d'un Médoc,
Ou quelque autre breuvage ad hoc.
C'était PEGASE en action,
Renonçant par exception
Aux lectures traditionnelles
Des compositions mensuelles.
Car ce jour-là, heureusement,
La Direction, gracieusement
Consentait à nous restaurer
Et même aussi nous abreuver
Sans que nous déboursassions
Le moindre petit picaillon.
Nous nous en mettions jusque là
Et même encore bien au-delà
Mélangeant rires et rasades,
Exquises bouchées, galéjades.
Je m'esclaffais en m'étouffant
Quand un coup de poing dans le flanc
Me fit sauter jusqu'au plafond
Me sortant d'un sommeil profond
C'était dans mon pieu, je vous jure,
Que je vivais cette aventure,
Que je dus bien sûr expliquer
A ma soupçonneuse moitié.
Eh oui ! je dois vous l'avouer
Consoeurs et confrères ès rimes,
Cette nuit-là, « I had a dream » ! !
 
 
         Maurice DEDYE
         Association Pégase - Nivelles
 
 
 
 
 
 

 
 
dessin Nadine CORBIN
haut de page
 
 
 
 
 

 
Hosted by www.Geocities.ws
GridHoster Web Hosting
1