Artisanat

INDEXCONVERSIONSAIDEABREVIATIONSEMAIL

Répertoire des dentelles

  
Page 1
liste des dentelles
page suivante



image

Aiguille, dentelle à l'

La technique de base pour toutes les dentelles à l'aiguille est la même. Le dessin est d'abord fait sur une pièce de lin et celle-ci est mise sur un tissu de soutien. Des fils de support sont tendu sur les lignes du dessin, traversant les deux épaisseurs de tissu. Le motif est ensuite rempli de rangées de points de feston et à chaque fin de rang, le fil est passé sur le fil de soutien. Des motifs séparés sont joints avec des barrettes ou un filet de points de feston. Souvent, un cordonnet de points de feston entoure la dentelle et ce cordon peut aussi être décoré de picots. Une fois la dentelle terminée, les fils de soutien sont coupés.




image

Anvers, dentelle d'

Le motif de cette dentelle aux fuseaux Belge fut développé au 17e siècle mais celui-ci changea considérablement aux 18e et 19e siècle. Il a été fortement influencé par le style baroque des pots et des urnes de fleurs. Le motif le mieux connu est le vase à deux anses débordant de fleurs (surtout des tulipes ou des lis à longues tiges). Le terme "Potten Kant" signifie "dentelle du pot". C'était une dentelle sans grande classe, en continu, avec un cordon non filé de taille variable. Le filet de fond était surtout le Point de Paris, mais aussi le cinq-trous. Cette dentelle, qui faisait fi de toutes les modes, car elle était utilisée par la classe moyenne qui ne pouvait se permettre le luxe de changer ses dentelles très souvent, devint avec le temps une tradition Belge, surtout qu'elle a du corps et elle est très durable.




image

Application d'Angleterre

Le patron de cette dentelle est fait aux fuseaux et appliqué par la suite à un filet tout fait. Contrairement aux dentelles faites entièrement sur fuseaux, celle-ci n'est pas réversible car elle est posée sur le filet plutôt que d'en faire partie. Les points d'attaches (point d'esprit) ne sont qu'enfilés sur les deux épaisseurs, comme sur la broderie sur tulle ou sur filet. C'était un susbtitut économique à la dentelle aux fuseaux à la fin du 19e siècle.




image

Appliqué Carrickmacross

Dentelle irlandaise du 19e siècle qui combine des pièces faites aux fuseaux sur un fond fait à la machine. Les motifs aux fuseaux sont soulignés par un cordon cousu à la machine à coudre, de petits espaces sont entièrement coupés pour être ensuite remplis à l'aiguille. Ainsi toutes les techniques se rejoignent dans la même pièce : le travail à l'aiguille, aux fuseaux et à la machine.




image

Argençon, dentelle d' Dentelle à l'aiguille originaire de la ville d'Argençon, en France et qui fut très à la mode du début au milieu du 18e siècle. Reconnaissable à son fond en filet d'hexagones couvert de points de grébiche, cette dentelle est similaire au "Point d'Alençon" et, elle aussi, au départ était appelée "Point de France". Les motifs sont plus grands et plus audacieux que l'Alençon et de nos jours, elle est surtout faite à la machine.




image

Arménienne, dentelle

Faite à Chypre, en Turquie et en Grèce, cette dentelle deux fois millénaire est travaillée avec un noeud spécial qui la différencie de toutes les autres dentelles. Une autre différence vient de la technique. Alors que les autre dentelles sont formées avec l'aiguille pointant vers la dentellière, celle-ci se travaille avec l'aiguille pointant à l'opposé de la dentellière.




image

Arras, dentelle

Une dentelle blanche, ainsi appelé d'Arras, en France, la ville de sa fabrication originale. Elle est simple et presque uniforme en conception, très ferme au toucher, et comparativement bon marché. Elle est fait sur un fond Lisle. Les anciens modèles d'Arras en fines dentelles atteignirent leur paroxysme d'excellence pendant le premier Empire, entre 1804 et 1812, mais depuis, ils sont passé de mode.




image

Aurillac, dentelle d'

Située dans le Cantal, au sud de l'Auvergne, la ville d'Aurillac est célèbre pour ses dentelles. En 1665, elle figurait sur la liste des manufactures royales établies par Colbert ; on y fabriqua alors pendant une dizaine d'années des points de dentelle à l'aiguille appelés "Points de France". Cette technique n'atteignit cependant jamais le degré de perfection obtenu dans d'autres manufactures, celle d'Alençon par exemple.

Héritière en revanche d'une riche tradition régionale dans le domaine du travail aux fuseaux, Aurillac assura tout naturellement sa réputation avec la production d'ouvrages d'or et d'argent. Malgré leur qualité, ils souffrirent de l'utilisation du terme "Point d'Espagne" qui désignait à l'époque toute dentelle d'or et d'argent, quelle qu'en fut sa provenance. Seuls les intendants royaux mentionnaient le "Point d'Aurillac" dans leurs rapports sur l'état de l'industrie dans les provinces. Le fait que le public ignorait que ces dentelles provenaient d'Aurillac a sans doute contribué au déclin de la production de cette ville. Après son heure de gloire sous le règne de Louis XIV, Aurillac a produit à une très petite échelle des dentelles d'un style probablement peu différencié de celui du Puy, jusqu'à la Révolution.




image

Battenberg, dentelle

La dentelle Battenberg a été créée lorsque la reine Victoria d'Angleterre a nommé son beau-frère comme le premier duc de Battenburg à la fin des années 1800. Chaque duc anglais avait son propre motif de dentelle. Ainsi, un nouveau style de galon de dentelle appelée Battenberg a été inventé et est devenu très populaire, surtout avec l'arrivée aux États-Unis du galon usiné qui permettait la création de dentelles plus rapides.

La Battenberg utilise un galon plus grossier que la plupart des autres dentelles en rubans. Les bandes de galons faits à la machine sont configurés pour suivre un dessin tracé sur papier de soie en dessous, puis ancrées avec des points de dentelle faits à la main.




image

Bayeux, dentelle de

Préparée à partir de fils de soie noire, c'est une dentelle aux fuseaux. Plus la dentelle est large et complexe, plus il faut de fuseaux. La dentelle se réalise en suivant des lignes tracées et des points codés sur un carton piqué et fixé sur un métier. Pour assembler plusieurs bandes de dentelles, on utilise le point de raccroc, point invisible réalisé à l'aiguille. C'est une dentelle au dessin figuratif, à dominante de décors floraux, avec des motifs architecturaux tirés de l'ornementation classique : perles, rais de coeur, godrons, feuillages stylisés (acanthes, palmettes,...) coquilles, vasques, entrelacs.

Elaborée à partir des dentelles qui se fabriquaient dans la région de Paris et de Chantilly, la "Dentelle de Bayeux" a pris véritablement forme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, pour devenir un style à part entière au 19e siècle. La dentelle de Bayeux permet des motifs ombrés et des décors très riches. Les dentellières d'aujourd'hui créent des motifs contemporains. Les points : la grille, grille Cantille, toile et mat, fond vitré, fond chant, fond alençon, pointignans.



Conditions d'utilisation




Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous". Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.

This is a personal site created in 1998, with monthly updates ever since. It has not be "upgraded", so, there is no interactive page, no "likes", no videos or even animations, no comments box either. So, if you want to communicate with me, please email me at the address at top of page.





Web Analytics