Artisanat pour tous

INDEXCONVERSIONSAIDEABREVIATIONSEMAIL

Peinture décorative

Chêne foncé

Depuis plusieurs siècles on imite certains matériaux pour rehausser l'aspect de certains murs, meubles ou objets décoratifs.

Le faux bois fut particulièrement populaire dans l'Angleterre du 19e siècle. en raison de l'augmentation de la population à cette époque et de la prospérité croissante, dues au développement du commerce et de l'industrie. La prospérité entraîna une demande de mobilier que le bois naturel ne pouvait satisfaire. Celui-ci aurait sans aucun doute été d'un prix trop élevé pour la couche de population qui créait cette demande. Toutefois les personnes de cette époque n'avaient aucun goût pour la simplicité et n'auraient jamais laissé pénétrer chez eux le pin naturel dont on faisait la plupart des meubles. Il devenait donc urgent de donner un certain apparat aux simples meubles en bois en les gainant d'acajou, de bois de rose, de noyer ou autres bois exotiques.

De nos jours on considère les meubles peints avec plus de sincérité, les traitant plus comme des objets de décoration qu'en tant qu'imitation. On crée ainsi à partir de fomes simples des effets inattendus: un classique buffet en pin se muera en meuble exotique en bois de rose et marbre, etc. La technique qui consiste à veiner le bois est, une fois maîtrisée, un art décoratif aux aspects très divers.



Choix du grain.

Lorsqu'on essaie de rendre le fini du bois, il faut avant tout déterminer quel effet on recherche, qu'il s'agisse de faire la fidèle copie d'un certain bois ou de décorer un meuble de façon imprévue et charmante, avec un rien de fantaisie. Quel que soit le but recherché, il est essentiel d'étudier très soigneusement le veinage à reproduire. Même s'il ne s'agit pas d'une copie fidèle, il faut que la forme et les couleurs soient respectées, sans quoi cette recherche serait dépourvue de sens.

Lorsqu'on choisit d'imiter tel ou tel bois, il vaut mieux commencer par un veinage net et caractéristique, comme celui du bois de rose ou du noyer. Les lignes en sont assez irrégulières, permettant ainsi à votre fantaisie de s'exprimer plus librement qu'avec l'acajou par exemple. Ce sont des bois plus précieux que le chêne ou l'orme et plus difficiles à trouver.

Il est conseillé de s'exercer autant que possible avant de se lancer dans le travail d'une pièce. On ne saurait obtenir un résultat final satisfaisant sans l'expérience de diverses erreurs.

Par exemple, il vaut mieux exagérer le veinage d'un bois que l'atténuer. Il vous sera ainsi plus facile de créer un effet décoratif, même s'il n'est pas tout à fait authentique. En fin de compte c'est un effet de décoration qui est recherché. Si l'on apporte trop d'application à ce travail, le plaisir de la création disparaîtra et le résultat n'apportera aucune satisfaction.

Choix d'une surface adéquate.

Commencez avec une simple boîte en bois blanc avant de vous lancer dans le mobilier. Puis lorsque vous décorerez des meubles, choisissez-en un ayant un certain style, car le résultat en sera infiniment plus élégant. L'état du bois n'a pas grande importance, tant que la structure en est saine, le mastic et la peinture servant admirablement à masquer les imperfections.
image



Fournitures:

  • Apprêt à l'eau
  • Papier abrasif à grain fin
  • Chamoisine
  • Petite brosse pour appliquer la première couche
  • Peinture acrylique satinée en chamois foncé (base)
  • Couleurs acryliques: blanc, ocre et ambre brulée - ajoutez du rouge vénitien pour une base plus chaude (sous-couche)
  • Couleurs acryliques: ambre brûlée et une touche de noir (veinage - glacis)
  • Médium retardateur acrylique
  • Brosse à poils blancs souples ou brosse en nylon
  • Brosse à poils noirs durs
  • Chiffons de coton
  • Brosse à vernis
  • Vernis acrylique satiné



Préparation de la surface

Cette préparation très importante doit être faite très soigneusement.



Surfaces peintes:

Si la pièce a déjà été recouverte d'une peinture assez ancienne, il vaut mieux enlever cette couche écaillée à l'aide d'un grattoir, pour faire apparaître le bois nu.

Si la peinture est en bon état, il suffit de la nettoyer parfaitement au white spirit, à l'alcool à brûler ou avec un mélange des deux. On peut faire ce nettoyage à l'aide de fine laine de verre et essuyer ensuite avec un chiffon.

Tous les trous ou éraflures seront bouchés avec un mastic spécial réservé aux travaux d'intérieur et qu`on se procure dans les quincailleries et les centres de bricolage. Ceci fait, on passe la surface au papier de verre fin ou à la laine de verre. Les marques superficielles ou éclats du bois sont alors recouverts d'un mastic très fin genre Polyfilla. Une fois sec, celui-ci est passé à la laine de verre fine ou au papier au carbure de silicium. Considérez bien le fait que vous créez un veinage original et qu'aucune rainure de bois ne doit apparaître, risquant par là d'altérer l'effet que vous voulez obtenir.



Surfaces non peintes:

Le grain du bois doit être recouvert d'un mastic fin genre Polyfilla et passé ensuite à la laine de verre très fine. Toute la surface devra ensuite être recouverte d'un enduit.


Technique:

1. Avec la petite brosse prévue à cet effet, appliquez deux couches de peinture de base en chamois clair, en laissant bien sécher la première avant de passer la seconde.



2. Préparez ensuite le glacis. Commencez par mélanger un volume égal des couleurs acryliques (blanc, grège et ocre). Mélangez ensuite un volume de la couleur ainsi obtenue avec un volume de médium retardateur et un volume d'eau pour créer le glacis chêne clair.



3. Appliquez le glacis à la brosse à poils blancs souples ou en nylon, en croisant les passages du pinceau. Il est préférable de s'entraîner sur une planche avant de se lancer dans la réalisation proprement dite. Si une brosse raide permet d'imiter les veines du bois, il existe également des peignes à décorer et autres outils conçus à cet effet. Ils sont en vente dans la plupart des magasins de bricolage et de fourritures pour activités de loisirs.



4. Passez ensuite immédiatement une brosse dont les poils noirs et durs sont bien secs, en créant des lignes irrégulières dans le glacis frais. Un chiffon à la main, essuyez la brosse après chaque passage. Laissez ensuite sécher le glacis. 5. Avec le côté de la brosse à poils noirs, ajoutez un peu de glacis par endroits. Retournez ensuite la brosse à plat et passez-la dans le glacis, en essuyant le surplus de peinture sur le chiffon. Ceci donnera de la profondeur à la couleur du faux bois. Laissez sécher.



6. Appliquez une dernière couche de glacis sur le travail. Il est possible d'allonger légèrement le glacis avec de l'eau pour en augmenter la transparence. Laissez sécher.



7. Terminez en applicant deux couches de vernis satiné. Ceci permettra de donner de la profondeur au faux bois mais aussi de le protéger. Cette opération est particulièrement importante pour les surfaces qui vont être soumis à une usure importante.



Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous" © (année en cours). Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.