EVIDENCE PUISSANTE :

 

QUI est SAI BABA ?

 

par R. D. Awle

 

Traduit de l’Américain par Alban Grégoire

[Copyright 2001. Ce document peut être chargé, reproduit et distribué librement,

aussi longtemps que sa source est clairement attribuée.]

 

\

 

Qui est Baba?

 

Témoignage des Maîtres Modernes

 

       Un des plus grand saints de ce siècle fût une femme appelée Anandamoyi Ma. (Son nom signifie la Mère saturée d’extase. Il y a une photo d’elle, se tenant près de Paramahansa Yogananda dans l’Autobiographie d’un Yogi.) Elle était si pure et remplie de Dieu qu’elle fût largement reconnue comme étant une incarnation Divine elle-même: il ne semblait y avoir que Dieu en elle, et ses paroles étaient la vérité même. Selon l’un de ses dévots les plus proches, on lui a souvent demandé dans les années passées, “Qui est ce Sathya Sai Baba dont nous entendons tout le temps parler?” Mais pendant de nombreuses années, elle ne répondit jamais. Dans la dernière année de sa vie cependant, la question lui fût posée de nouveau, et cette fois-çi elle donna la réponse qui suit : “Ce corps ne parlera à ce sujet qu’une seule fois; ne demandez plus après. Sathya Sai Baba est l’incarnation la plus puissante de Dieu jamais venue sur terre, et il n’y en aura pas d’autre à Son niveau dans les prochains soixante siècles.”[6]

          Ce témoignage étonnant fût récemment renforcé pour moi lors de mon passage dans l’un des ashrams d’Anandamoyi Ma dans les Himalayas. Là, lorsque je partageai la citation çi-dessus avec un Swami [7], il dit qu’Anandamoyi Ma avait ensuite ajoutée, “Ce n’est pas étonnant que vous entendiez toujours parler de Sai Baba. Il est l’Avatar de ce Yuga!” (Avatar signifie incarnation de Dieu; un Yuga est une ère qui dure des milliers d’années.)

          D’autre Saints ont donnés des témoignages similaires. Peux avant qu’il quitte son corps physique, Paramahamsa Yogananda  fût  approché par un de ses disciples américains, une femme. “Maître”, dit-elle, “je sais que vous avez l’intention de quitter votre corps. Vous devez me prendre avec vous! Vous êtes mon Dieu!”

           “Absurdité,” répondit Yogananda, “Dieu est Dieu, je suis ton Guru.”

           “Mais Maître, si vous partez sans moi, je me suiçiderai.”

           “Assez de ces idioties! Dieu Lui-même s’est incarné sur terre aujourd’hui, dans le sud de l’Inde. Son nom est Sai Baba. Quand je te quitterai, tu vas aller vivre avec Lui.” (Sa prédiction se révéla être correcte; après la mort de Yogananda, cette dévote passa le reste de sa vie à l’ashram de Sai Baba.)[8]

            Mata Amritanandamayi (également nommée Ammachi), considérée Elle-même comme une incarnation de la Mère Divine, fût une fois questionnée, “Qui est Sai Baba ?” Elle répondit, Avatar, parfaît de naîssance.”[9]

            Le jour suivant la naîssance de Sai Baba (23 nov. 1926), Sri Aurobindo, un autre grand Saint de ce siècle, rompit une longue période de silence pour annoncer, “Le 24 novembre 1926, fût le jour de la descente de Krishna dans le monde physique. Un pouvoir infaillible dirigera la pensée, entretiendra le feu immortel dans les cœurs terrestres, même la multitude entendra la voix!”[10] Il semble évident à ce point que son annonce de la réincarnation physique de Krishna référait à la naîssance de Sathya Sai Baba.

           Mère Krishnabai, une disciple réalisée de Swami Ramdas (le grand Saint du Kérala), dit à ses dévots, “Sai Baba est un Avatar, une incarnation totale de Krishna. Il est Brahma, Vishnu et Shiva réunis ensemble en une seule forme!” Et elle recommanda de passer autant de temps possible en sa présence.[11]

          Swami Satchidananda, le sage éveillé qui s’occupe actuellement de l’Anandashram au Kérala, fût récemment questionné au sujet des allégations contre Sai Baba. Il répondit, “Oubliez cela, Il est Dieu!”.[12]

Karunamayi (aussi nommée Vijayeshwari Devi, le Guru vivant considérée par beaucoup comme une incarnation de la déesse Sarasvati) dit récemment à l'un de ses dévots; "Sai Baba et Amma [c'est-à-dire elle-même] prennent tous les deux soin de vous." Apparemment, elle sait aussi qui est Baba!

          Yogi Ramsuratkumar rendit clair en de multiples occasions le fait que Sai Baba est une incarnation de Dieu. Il demande souvent aux visiteurs qui viennent de l’ashram de Sai Baba, “Vous avez laissé Dieu pour voir ce mendiant?”[13] (Bien sûr, ‘ce mendiant’ était lui-même, mélé dans la conscience tout-englobante.  La beauté de son élévation allait de paire avec son humilité.)

           Shiva Balayogi, un autre des grands Gurus du siècle dernier, fût questionné à propos de Sai Baba. Il répondit, “Sathya Sai Baba est un Avatar.”[14]

           Maître El Morya et Maître Kuthumi, deux des grands Maîtres Ascentionés responsables  de la fondation de la Société Théosophique, ont aussi déclarés que Sai Baba est un Avatar. Selon l’auteur Howard Murphet, dans le livre “The Light Will Set You Free” ces Maîtres ont statués, “L’Avatar Sai Baba porte la Conscience Divine dans le monde d’aujourd’hui.”[15]

            Maitreya, le Maître mystérieux qui est apparut miraculeusement à certaines personnes dans des lieux différents aux quatres coins du globe depuis les deux dernières décennies, à dit (à travers son porte parole, Benjamin Creme) qu’ Il (Maitreya) est l’Avatar planétaire, alors que Sai Baba est l’Avatar Universel.[16]

             Les témoignages de Gopalakrishna Baba, Dévi Amma, “Little Heart” et  Vasantha Sai apparaîssent plus loin sur le site.

 

La Prophétie de Mahomêt

 

          Comme dit dans la première partie, il existe une prophétie écrite par Mahomêt, qui prévoit clairement la venue de Sathya Sai Baba.  Dans Dieu Descend sur Terre, Sanjay Kant dit:

 

Selon un article parut dans le magasine londonien “Two Worlds”, un écrivain Iranien fût irrésistiblement attiré vers un énorme volume à Téhéran. Ce livre, qui s’intitule “L’Océan de Lumière”, est en 25 volumes. Il est dit être la collection des discours du prophête Mahomêt. Le volume 13 de ces discours s’intitule “Mehedi Moud” en Arabe, qui signifie “Le grand Maître qui était promis.”[17]

            

             La description détaillée que Mahomêt  donne de ce “Grand Maître” et “Maître du Monde” correspond parfaîtement à Satya Sai Baba. “Sa chevelure sera abondante. Il aura un espace entre ses dents de devant. Il aura une marque sur la joue gauche. Il ne portera pas la barbe, mais sera proprement rasé. Ses vêtements seront comme la flame.” (Sai Baba est vétu d’orange.) “Il sera de petite taille.” (Sai Baba mesure à peine 1,60m.) “Ses jambes et ses pieds seront comme ceux d’une jeune fille.” (les pieds de Baba sont plus petits que la normale.) “Il offrira des présents légers.” (Baba donne le plus souvent des bagues, des colliers et des montres.) “Il ira parmi ses dévots en leur touchant la tête de sa main. Nombreux parmis ses dévots auront un point sur leur front. Ils se rassembleront sous un grand arbre.” (Pendant de nombreuses années, dans son ashram de whitefield, Baba donna le darshan sous un grand arbre.) “Afin que vous ne soyez pas déçus, vous devez savoir que le Maître du Monde sortira des choses de son corps, au travers de sa bouche.” (Pendant de nombreuses années – y compris ces trois dernières – le jour Saint de Maha Shivaratri, Sai Baba sorti de sa bouche un ‘Shiva Lingam’, une pierre sacrée dotée de qualités miraculeuses, de la taille d’un œuf qui s’était formé dans Son corps.) “Tous les enseignements de toutes les religions seront dans son cœur depuis la naîssance. Toute la science et la connaîssance du monde depuis le début des temps seront dans son cœur.” (Dans des interviews avec des scientifiques et des profèsseurs, au fil des ans, Baba à amplement démontré une complète maîtrise dans tous les domaines de la connaîssance.) “Toutes les choses que vous demanderez à Dieu, Il (le Maître du Monde) vous le donnera. Tous les trésors seront sous ses pieds. Tous les yeux qui le verront seront heureux, non seulement les humains mais aussi les âmes non-incarnées. Il vivra 95 ans.” (Sai Baba à dit que son incarnation durera 95 ans, cela signifie qu’Il quittera son corps actuel vers 2020.) “Dans les 20 dernières années de sa vie, il sera le “Roi du monde entier”, mais à ce moment là, seulement deux-tiers de la population du monde croira en lui.”[18] (Sai Baba a littéralement des millions de dévots dans le monde entier. Pour Son soixante-dixième anniversaire, plus de trois millions de personnes sont venues à  la célébration.)

 

 

            J’ai récemment rencontré un homme iranien qui me dit qu’il avait étudié L’Océan de Lumière dans la langue d’origine, et il m’assura que les citations c’-dessus (et d’autres indiquant directement Sai Baba) étaient éffectivement présentes dans le livre.  Après des anées d’étude, il est certain que la prophétie se rapporte uniquement à Sai Baba.

 

Baba Prend la Place de Venkateshwara

         

          Je fût récemment le témoin partiel d’un incident qui apporta une autre preuve puissante de l’identité de Baba. Un des plus célèbres lieux saints en Inde est un temple au sommet d’une colline, dédié au Seigneur Venkateshwara (une forme de Vishnu), à Thirupathi, Tamil Nadu. Venkateshwara est considéré par de nombreux Hindous comme étant le Maître Suprème, et l’idôle de ce temple est réputée dans toute l’Inde pour donner de puissantes bénédictions. Comme pour beaucoup de ces sous-sectes en hindouisme, il y a une exclusivité compréhensible chez les dévots de ces lieux saints, plus particulièrement parmi les prêtres qui accomplissent la prière, pendant des générations leurs familles ont été dévouées à Venkateshwara, et lui seul. Un jour à la fin novembre 1998, alors que les prètres accomplissaient une cérémonie spéciale (Pada Puja) d’adoration des pieds de l’idôle Venkateshwara, les pieds de la statue se transformèrent soudain sous leurs yeux en pieds d’homme vivant. En regardant plus haut, ils virent à la place de la statue de Venkateshwara, la forme vivante de Sathya Sai Baba. “Si vous voulez un darshan complet,” leur dit-Il, “Venez à Whitefield la semaine prochaine!” Baba disparu alors, laissant Venkateshwara à Sa place.

          J’étais dans l’ashram de Baba, à Whitefield, le 6 décembre 1998, le jour ou les prêtres de Tirupathi, des douzaines d’entre eux, vinrent pour recevoir le darshan complet du Dieu vivant qui était apparu devant eux dans leur temple. (Pour aider les occidentaux à comprendre vraiment la dynamique de l’évènement, cela pourrait être comme le Pape et ses archevèques venant s’incliner devant un protestant, et reconnaîssant que le Christ est incarné dans cette forme…)

 

Des Centaines de Milliers d’Anges

 

          Et voici l’expérience que j’ai eu à l’ashram de Baba en 1996. Au millieu de Son discours de Noël, Baba tourna Sa main et matérialisa un petit livre à la couverture d’or – créant un espace d’émmerveillement dans la foule de 50.000 personnes, moi y compris! (J’étais assis très près de Baba et fût certain qu’il s’agissait d’un véritable miracle.) Cette nuit là, aux alentours de 21h, j’ai appris que Baba avait annoncé plus tôt que des anges allaient voler au-dessus de l’ashram ce soir là. Je regardais le ciel, mais je ne vis rien d’exceptionnel, donc je devinais que j’avais raté le spectacle. Cependant, quelques nuits plus tard, deux amis vinrent à moi en courrant dans la rue et dirent, “Ram Das, les anges sont de retour! Viens, il faut que tu les voies!” Je les suivis donc jusqu’à un toît en terrasse, à l’écart des lumières de l’ashram, m’étendis et regardais en haut…

          Dans le ciel au-dessus de nous se déroulait la vision la plus étonnante qu’il m’ait été donné de voir: des centaines de milliers d’êtres lumineux volaient à travers les airs, virevoltants à grande vitesse dans ce qui semblait être une danse de joie extatique! Ils ressemblaient un peu à des étoiles filantes, bien que plus proches de la terre, et ne se déplacaient pas en ligne droite (comme des astéroides ou autres phénomènes similaires le feraient), mais ils faisaient des ronds et des pirouettes. Quelques fois deux d’entre eux s’unissaient un moment alors qu’ils virevoltaient…Ils semblaient provenir d’une porte invisible située au-dessus de l’ashram, où, je pense, ils venaient juste de recevoir le darshan de Baba et les instructions pour leur travail…  Considérant Son annonce préalable, je ne voyais aucune raison de douter sur le fait que ces êtres lumineux soient des anges, les aides célestes dans la mission planétaire de Baba: je ne connaîssais pas d’autre phénomène qui puisse expliquer cette vision. L’évènement portait sans aucun doute en lui une exubérance supernaturelle qui nous laissait tous les trois bouche-bée d’étonnement. Ce fût probablement la vision la plus inspirante qu’il m’ait été donné de voir, proclamant beaucoup plus clairement qu’un millier de bagues manifestées - la divine identité de Sathya Sai Baba.

          Pourqoi tant d’anges se rassembleraient-ils d’une façon aussi extraordinaire, si ce n’était pour recevoir le darshan de Dieu?

 

Les Pendentifs Miraculeux

 

          Dans un orphelinat du Sud de l’Inde, un miracle permanent se produit par le biais de deux pendentifs de porcelaine de la taille d’un ongle de pouce, l’un portant l’éffigie de Sathya Sai Baba, l’autre dépeignant Shirdi Sai Baba. Donnés au responsable de l’orphelinat il y a plus de vingt ans, ils ont miraculeusement généré de l’amrita (le nectar au parfum de jasmin des écritures Hindoues), sans interruption jusqu’à ce jour.

          Je décidais d’aller sur place, et de voir moi-même le miracle reputé. Le responsable de l’orphelinat extirpa l’un des pendentifs d’un plat, à l’aide d’une cuillère, et le plaça dans la paume de ma main droite. Ce n’était rien d’autre qu’un fin morceau de porcelaine sur lequel était peinte l’image de Baba. Il n’y avait pas de place pour un quelconque mécanisme caché.

          J’observais comme un faucon alors que quelques gouttes d’amrita se répandirent du pendentif, dans le creux de ma main. Mais cela ne signifiait rien du tout, il sortait juste d’un plat entier d’amrita. Cependant, l’amrita continua de s’échapper de l’objet jusqu’à ce que ma main soit pleine, et avec la cuillère, le directeur transvasa l’amrita de cette main dans l’autre; ma main gauche.

          L’amrita continua de se répandre pendant plusieurs minutes, il répéta cette procédure quatre fois, jusqu’à ce que finalement ma main gauche déborde d’amrita, et dans ma main droite, le nectar continuait à se répandre!

          Même le sceptique le plus tétu, observant ce que je vis ce jour là, aurait à reconnaître qu’il s’agissait d’un miracle. (J’ai gouté le nectar: vraiment pas de ce monde!)

 

Un Lingam Specialement Apporté

de la Grotte d’Amarnath

 

          Quelques années en arrière, Baba me fit un cadeau spécial, d’une façon hautement inhabituelle, je pense que vous apprécierez le poids supplémentaire que cette histoire donne à ma conviction que Baba est divin. Un homme nommé ‘Rouf’, qui tient l’une des échoppes près de l’ashram, me vit dans la rue un jour et me dit qu’il avait eu un “rêve de Baba” me concernant, et qu’il avait quelque chose à me donner. Je n’étais pas vraiment emballé, mais après plusieurs semaines, je lui rendit finalement visite, et pendant que nous sirotions le thé sucré dans son magasin, il me raconta son histoire:

          “L’été dernier, je suis allé en pélérinage dans quelques lieux saints dans le nord. Haridwar, Rishikesh, Kashmir et puis à la Grotte d’Amarnath, dans les Himalayas. Elle est fermée huit mois par an à cause de la neige, pas moyen d’entrer. Et dans cette grotte, vous en avez peut-être entendu parlé? Il y a ce Lingam naturellement formé, énorme, fait de glace. (Le Lingam est un symbole ovoidal représentant l’Etre Suprème, on l’utilise dans le culte de Shiva.) En fait, Shiva et Parvati vivèrent dans cette grotte. Elle constitue l’un des autels les plus sacrés d’Inde. Je suis donc assis au dehors de la grotte, lorsque soudain ces deux oiseaux blancs… Comment les nomme-t-on? Colombe. Deux colombes volèrent hors de la grotte.  Et, tout en passant au-dessus de ma tête, l’un des deux oiseaux laissa tomber quelque chose dans mon giron, et au même moment, j’entendis ‘Ceci est pour Ram Das.’”

          “Attend,” dis-je, incrédule. “Tu entendis cela de l’interieur, de Dieu? Ou cela venait-il de l’oiseau ?”

          “Oui, oui,” répondit-il, avec le balancement de tête affirmatif typiquement indien. “De l’oiseau.”

          Rouf sortit alors un petit paquet qu’il déballa, puis il tint le précieux objet en l’air: un Lingam d’un rouge radiant. “Rubis!” dit-il. “Un Lingam de rubis.”

          “Un Prema Lingam!” répliquai-je, époustouflé par la beauté de l’œuf cosmique donné par Dieu.  (Prema signifie ‘Amour Divin’.)

          “Oui.” Rouf maintint le Lingam un moment dans la lumière et sourit. “Le seul problème,” continua-t-il, “Je ne savais pas qui pouvait bien être ce Ram Das. J’avais oublié ton nom. Aussi priais-je pendant deux semaines, chaque jour, “Baba, pour qui donc est ce Lingam? Qui est ce Ram Das? Et finalement, Baba vint à moi dans mon rêve. Il te montra à moi et dit, ‘Voici Ram Das. Donne-le lui.’

          Rouf me tendit le Lingam, qui épousa parfaîtement le creux de ma main. Je n’avais plus de mots – quelle histoire bizarre! Tout droit sortit de Tolkien, sauf que le “Seigneur des Anneaux” qui avait donné ce présent était le Suprème Seigneur de l’Amour, incarné dans une forme humaine! Quel incroyable leela, quel cadeau !

          Je portais l’objet sacré contre ma poitrine un moment, attirant son énergie, et dit ensuite, “Tu sais, Rouf, il y a un autre aspect intéressant à cela. Dans le livre sur lequel je travail, il est question d’une échelle de concepts que l’on peux grimper pour trouver la Vérité. Une fois que vous l’avez montée, vous prenez pied hors de l’échelle, sur le toît [n.d.t.: toît se traduit par ‘roof’ en anglais, prononcer ‘rouf ‘], la Réalité Suprème, où le mental n’existe plus, qu’aucun concept ne peut atteindre. C’est pourquoi dans mon livre, le mot ‘roof’ (toît) équivaut à l’Etre Suprême.  Et ce cadeau est venu à moi par le “Rouf.”

          Dieu bénisse Rouf pour m’avoir fait parvenir le Lingam, sans la moindre touche d’attente pour un paiement quelconque. Puisse-t-il vivre en accord avec son noble nom!

          Très clairement, Sai Baba n’a pas de limite à Sa façon d’exprimer Son Amour pour Ses dévots… N’est-il pas évident qu’Il est une incarnation de Dieu?

 

Les Paroles de Baba Lui-même

 

          Que dit Baba Lui-même? La totalité de l’Energie Divine est venue à l’humanité en Sathya Sai . Voici une forme humaine dans laquelle toute Entité Divine, tout Principe Divin, ce qui veux dire tous les noms et formes attribués par l’homme à Dieu sont manifestés.”[19] Il dit qu’Il est le Père qui envoya Jésus – et ajoute alors que nous sommes aussi Dieu, mais que nous l’avons oublié.

 

“En tant que corps, mental et âme, vous n’êtes qu’un rêve.

Ce que vous êtes réellement, c’est la pure existence,

connaîssance, et paix.  Vous êtes le Dieu de cet univers.”[20]

          Il déclara qu’Il connaît le passé et le futur de chacun d’entre nous, ainsi que chacune de nos pensées – et Il le prouve fréquemment en révélant une connaîssance subtile des pensées les plus introverties et des vies intimes de Ses dévots. Le flôt continu, depuis plus de soixante ans, des manifestations miraculeuses, et des guérisons instantanées de maladies ‘incurables’ telles que cancers, paralysies et cécités, est, à ma connaîssance, sans précédant dans l’histoire du monde. J’ai aussi lu un certain nombre de rapports bien documentés dans lesquels Baba ramène à la vie des individus décédés, incluant une femme népalaise nommé Bharosa Adhikari, et un vieil américain nommé Walter Cohan, dont la résurrection est magnifiquement décrite dans Mon Baba et Moi, par le Dr. John Hislop. Un autre rapport similaire, concernant un dévot indien nommé V. Radhakrishna, apparaît plus loin dans le site.

 

Apparitions

 

          Au fil des ans, de nombreuses personnes ont rapportées que Sai Baba leur était apparu en chair et en os à différents endroits autour du globe. Cependant, Il a “physiquement” quitté l’Inde une seule fois. Par exemple le cas de Connie Shaw, l’auteur américain qui statue dans son livre Reveillez Vous en Riant que Sai Baba est apparu dans sa maison du colorado plus de cinquante fois! Une fois, Il apparu au millieu de la nuit, la sortant de son sommeil d’une tappe sur l’épaule, lui demandant de prendre la présidence du centre Sai local. Du fait que le centre se composait principalement d’indiens et qu’elle sentait qu’il serait mal venu pour une occidentale de les diriger, elle rejetta Son offre. La nuit suivante, Il vint de nouveau et cette fois encore elle refusa. Lorsqu’Il vint pour la troisieme nuit consécutive, elle se soumit finalement et accepta de mener le centre. Quand elle raconta, mal à l’aise, au président du centre, le phénomène des apparitions, celui-ci confessa que les mêmes trois nuits, Baba était apparu chez lui également, lui demandant de laisser son poste afin que Connie prenne sa place!

          Un autre exemple se trouve dans le cas de James Sinclair, un commercant américain qui n’avait jamais entendu parler de Sai Baba, et qui vit, à deux reprises, un homme en robe orange et coiffure afro, apparaître et disparaître dans sa maison. Se renseignant dans une librairie ésotérique s’il existait un Maître correspondant à sa description, on lui montra une photo de Sai Baba qu’il reconnu instantanément comme l’homme qui était venu chez lui. Quand pour finir Sinclair vint à l’ashram, la première chose que Baba lui dit fût, “Je suis venu à toi deux fois !”

 

Quatre Histoires de Miracle

         

          J’ai choisi ici quatre histoires représentatives, parmis les milliers que j’ai entendues et lues, qui donnent un apperçu des pouvoirs divins de Sai Baba. Ainsi que Sa compassion et Son sens de l’humour. La première nous parle de Bhagwandas Daswani, un commerçant prospère de Hong Kong (tirée de Face à Face Avec Dieu, par V.I.K. Sarin, ex-journaliste à l’un des journaux leader en Inde.)

 

          Le 10 mai 1977, je fus terrassé par une forte attaque cardiaque, je fus admis à l’hopital Queen Mary le lendemain 11 mai, et j’appris plus tard qu’à quatre heure, le même matin; Baba avait fait venir mon fils qui étudiait au collège de Swami [nom donné par Ses dévots à Sai Baba] à Whitefield, et lui avait dit, “Va à Hong Kong immédiatement, car ton père connaît un petit problème cardiaque.”

          Daswani dit, “Je fus actuellement mort pendant deux minutes et puis ramené à la vie par les docteurs.”

          Malgré le retour de Daswani, sa condition ne s’améliora pas et il fût confié à l’unité de soins intensifs. Le 20 mai, il eut une rechute et une hémorragie anale se déclara. Il perdait environ deux litres de sang par jour. Il avait une perfusion à chaque bras et un stimulateur cardiaque sur la poitrine. L’hémorragie se prolongea pendant trois jours et le 24 mai, sa famille et l’équipe de médecins perdirent espoir pour sa vie.

          “Le matin du 25 mai, à exactement quatre heure dix du matin,” se rapelle Daswani, “Sathya Sai Baba marcha au travers du mur de la chambre et s’assit sur le lit. Il m’aspergea de vibhuti. La vibhuti se répandit hors de Sa main en un flôt incessant. Sous la douche de vibhuti, je senti soudain un sursaut de force dans tout mon corps. J’étais complètement hébété par l’apparition de Baba dans la chambre, et pensait rêver ou halluciner. Je dis donc, “Baba, es-tu vraiment ici, ou bien suis-je en train de rêver?”  Il dit, “Je suis ici en effet. Que voudrais-tu que je fasse?” Je dis, “Pose moi seulement sur cette natte là, près du lit, que je sois sûr de ne pas rêver.” Il me souleva alors, comme si j’étais une vulgaire plume et me plaça sur la natte. Les perfusions dans mes bras restèrent intactes, rien ne fût perturbé. Baba repartit alors comme Il était venu.

          J’activais alors la sonnette de nuit pour appeler l’equipe d’infirmières. Une horde d’infirmières se précipita dans la chambre. Leur étonnement était au delà de toute description. “Comment êtes-vous arrivé là?” demandaient-elles. “J’ai marché,” leur dis-je, conscient qu’il eut été impossible pour elles de croire la vérité. “Qui est rentré ici? Et qu’est-ce que toute cette poussière sur le lit et partout sur vous?” demandèrent-elles.  Je dis, “Ne me demandez pas. Ramassez seulement cette poussière et mettez la dans un sac de papier pour moi.” Elles firent cela et collectèrent un kilo et demi de vibhuti.

          “Je commençai à aller mieux rapidement, et l’équipe de soins ainsi que les docteurs n’arrétaient pas de me demander ce qu’il s’était passé. Finalement un docteur indien se montra et me dit, “Regardez, je suis un indien. Vous pouvez me dire ce qui s’est passé. Je le lui dit et il garda mon secret. Le 29 mai je pouvais marcher moi-même jusqu’à une autre pièce. Je vécu un complet rétablissement, et mieux encore, mon diabète à disparu et mon taux de sucre dans le sang est devenu normal. Je rends grâce éternellement à Bhagavan Baba.”[21]

 

\

 

          Voici le témoignage de Kitty Lamonte d’Ecosse (tiré de Divine Glory, par V. Balu & Shakuntala Balu) :

         

          “Mon histoire commence quelque part l’été dernier lorsque j’entendi pour la premiere fois parler de Baba. Je fus invitée à rendre visite à des amis indiens d’un ami à moi et ils parlèrent avec tant d’amour et d’honnèteté à propos de Baba que je decidais d’en savoir plus sur Lui. Je lis ‘The Holy Man and the Psychiatrist’ [par Samuel Sandweiss], et l’utilisait en fait comme une Bible, là je lu les écrits de Baba chaque jour.

          “A ce moment j’avais un problème avec la boisson et consommait beaucoup plus d’alcool qu’il n’était bon pour moi, et je n’étais pas capable de m’arrèter. Je décidais de faire appel à l’aide de Baba, aussi, pendant trois nuits je m’assis avec le livre, la photo de Baba et le whisky. Je me versais un verre le 27 novembre à 23.h 45 et m’assis pour regarder la télé. Je posais ma main sur le livre, regardais la photo et dis, ‘Il faudra vraiment que tu m’aides pour arrêter ça!’

          Il y eut alors un son puissant et le verre éclata en un million de morceaux. Il en alla partout dans la chambre, il y en avait sur les tables, sur les livres d’une étagère, et ma gardienne en trouva même le lendemain, sous le coussin ou j’étais assise…

          “La chose la plus intéressante pour moi se passa deux jours plus tard. J’etais dans un train et ne m’étais pas encore débarrassé du son du verre explosant, lorsqu’une voix dans ma tête dit, “As-tu remarqué qu’aucun morceau ne t’à touché?” Comment vous dire le sentiment de joie absolu que je connu à ce moment. Je réalisais soudain que seul un miracle avait pu empêcher ce verre de me blesser grâvement. Il n’était qu’à quelques dizaines de centimètres de mon visage.

          “J’ai maintenant pris un ferme engagement envers Sri Sathya Sai Baba; ne jamais plus boire d’alcool.”[22]

 

\

 

Un jour Baba prit une pauvre famille musulmane en interview, puis avec eux, un homme hindou.  (La personne qui me raconta l’histoire l’entendit directement de cet homme hindou.)  Un garçon de la famille était plaintif car ses deux meilleurs amis étaient partis en pélérinage à la Mecque, et ses propres parents ne pouvaient pas se permettre de l’envoyer avec eux.  (Comme consolation, ils l’avaient emmené voir Sai Baba.)   Baba débutta l’interview en disant, “Ainsi, tu veux aller à la Mecque.”  Le garçon éclata en sanglots, et Baba se tourna pour parler aux autres pendant un moment, puis se tourna vers lui et dit, “Tu veux vraiment aller à la Mecque, n’est-ce pas!”  Baba toucha alors le mûr d’interview de Sa main - et le mûr disparu, à sa place, une scène de rue d’Arabie Saoudite apparut.  “Regarde, voici tes deux amis.  Maintenant va!  Tu as une demi-heure.”  Le garçon marcha dans la scène de rue et le mûr réapparu.

Baba parla avec la famille abasourdie pendant la ½ heure suivante, puis tapotta le mûr à nouveau.  La rue réapparu – et le garçon fît son retour dans la salle d’interview, portant fièrement quelques souvenirs de la Mecque!

Un mois plus tard, quand ses amis rentrèrent à la maison, les parents du garçon leur demandèrent, “Combien de temps fût-il avec vous?”  Confirmant les dires du garçon, ses amis répondirent, “2 semaines.”

 (Clairement, Baba maîtrise à la fois l’espace et le temps – tout en étant Cela qui est au de-là de l’espace et du temps!  C’est la 4ème histoire que j’entend à propos de Sai Baba téléportant instantanément quelqu’un jusqu’à un lieu distant à travers le mûr de la salle d’interview.)

\

 

Voici un compte rendu de la résurrection de V. Radhakrishna, raconté par V.I.K. Sarin dans Face to Face With God:

 

“Le miracle se produisit en 1953.  Radhakrishna était sérieusement malade, atteind d’un ulcère à l’estomac et autres complications, quand il visita Puttaparthi [depuis sa propre ville, Kuppam] dans l’espoir que Baba pourrait le soigner.  Il était accompagné par sa femme Radhamma et sa fille Vijaya.  En arrivant à l’ashram, il fût mit directement au lit.  Baba, qui n’avait alors que 27 ans, lui rendit visite, mais ne fit rien pour le soigner.  Radhakrishna se plaignit qu’il préférait mourir plutôt que de continuer à souffrir l’extreme douleur qu’il ressentait.  Baba sourit et ne fit aucun commentaire.

Quelques jours plus tard Radhakrishna entra dans le coma, sa femme et sa fille, qui étaient à son chevet, entendirent le “dernier râle” dans sa gorge.  Swami vint et l’examina, mais ne fit encore rien.  Une heure plus tard la respiration s’arrêta.  Il devint bleu, puis devint froid et raide.  Un infirmier diagnostiqua la mort.  Baba l’examina encore.  “Ne vous inquiétez-pas”, dit-Il.  “Tout ira bien.”  Mais il ne fit encore aucune tentative de le faire revivre.  La foi de la femme et de la fille était soumise à rude épreuve.  Le jour suivant, elles s’assirent loyalement à coté du lit, attendant auxieusement tout signe d’un retour à la vie.  Mais rien n’indiquait un tel changement.  D’une certaine manière, les deux femmes se débrouillèrent pour s’accrocher à un vestige de foi sans le fait qu’à Sa propre façon et en Son propre temps, Swami ramènerait Radhakrishna à la vie.  Le matin du 3ème jour, le corps devint sombre, quasiment raide et commença à sentir.  On suggéra à Radhamma que le “corps” devrait être déplacé hors de l’ashram, mais elle refusa énergiquement d’agir sans l’autorité de Baba.  Ses aides demandèrent si le corps devait-être renvoyé à Kuppam ou bien brulé à Puttaparthi.  Baba répondit énigmatique, “Nous verrons.”

Les deux femmes étaient désespérées.  Elle allêrent à Baba et plaidèrent devant Lui.  Il dit simplement, “N’ayez pas peur.  Je suis là.”  Il promis, toutefois, de leur rendre visite et d’examiner Radhakrishna plus tard.  Une heure passa, puis deux et toujours pas de signe de Baba.  C’est alors que Radhamma et Vijaya perdirent espoir à nouveau.  Alors, Swami apparu soudain devant la porte de la chambre, calme et sourriant.  Les deux femmes eclatèrent en sanglots, comme Marie et Marthe, les sœurs de Lazarre, plaidant devant leur Seigneur qui, pensaient-elles, était venu trop tard.

Délicatement, Il leur demanda de quitter la salle, et lorsqu’elles furent dehors, Il ferma la porte derrière elles.  Elles ne savent donc pas – ni personne d’autre jusqu à ce jour – ce qui se passa réellemment durant les quelques minutes suivantes dans cette chambre où seuls Swami et l’homme mort se trouvaient.  Mais, après quelques minutes seulement, Baba ouvrit la porte et invita les femmes à rentrer, afin de voir leur bien-aimé assis sur le lit et souriant!  La raideur de la mort avait disparu et sa couleur normale revenait.  Baba lui dit, “Parle-leur, elles s’inquiétaient.”  Radhakrishna, le regard étonné, dit, “Pourquoi vous inquiétez-vous?  Je vais très bien!”  Il n’était pas conscient d’avoir passé 3 jours dans un coma mortel.  Swami dit alors à Radhamma, “Je vous ai rendu votre mari.  Maintenant donnez lui une boisson chaude.”  Là-dessus, Il bénit la famille et quitta la pièce.  Le lendemain, le patient était assez fort pour marcher.  Le 3ème jour, il écrivit une lettre de 7 pages à un ami en italie.  Quelques jours plus tard, toute la famille retourna à Kuppam.  Non seulement Radhakrishna fût ramené à la vie, mais l’ulcère gastrique et toutes autres complications furent totalement guéries. Ce fût une répétition de la résurrection de Lazarre.[23]

 

Un Mot sur les Manifestations de Baba

 

          De nombreux chercheurs et scientifiques occidentaux ont étudiés les pouvoirs miraculeux de Baba, et les ont déclarés être naturels.  Baba est probablement le plus réputé pour Ses manifestations de bagues et les fréquentes manifestations de vibhuti qui apparaîssent sur Ses photos en de nombreux endroits de par le monde(Les photos suivantes montrent des exemples de telles manifestations dans différents lieux.)

 

 

 

 

 

          Pourtant cela n’est que le début: Il a manifesté des milliers d’objets, y compris des statues de divinités, des japa malas, lingams, pierres précieuses, montres de qualité, toute sorte de bijoux, photos, objets de puja (rituel), livres, au moins un crucifix, et différentes sortes de nourritures – parfois en quantitées énormes.  (Quand ils émergent juste de l’éther, beaucoup des statues sont littérallement trop chaudes pour être tenues en main, comme si le métal venait juste de commencer à refroidir après le moulage.)  Baba fait souvent apparaître de tels objets sur l’autel de Ses dévots dans divers endroits de la planète – et ensuite provoque l’apparition de vibhuti, de l’amrita ou de kumkum sur ces objets.  J’ai même entendu qu’Il matérialisa un jour un singe vivant dans la salle d’interview.

          Il nous assure que ces manifestations ne sont pas de simples tours de magie, ni même le siddhi permettant de déplacer psychiquement les objets d’une place à une autre.  Ses miracles prennent cours par le pouvoir Divin, le même pouvoir qui créa l’univers: le pouvoir d’amener à l’existence tout ce qu’Il souhaite.  (Ceci fût prouvé en de nombreuses occasions: un jour un dévot Lui tendit une feuille et Il lui rendit la même feuille recouverte d’or, qui avait éssayé d’avoir un enfant sans succes: lorsqu’elle fût coupée en deux, l’intérieur se trouva être celui d’un fruit-de-la-passion.  Le couple mangea le fruit, et 9 mois plus tard naquit leur premier enfant.)

 

Fausses Matérialisations?

 

          Des gens ont accusé Baba de “falsifier” Ses matérialisations, disant par exemple qu’ils L’avaient vu prendre subrepticement une bague cachée sous Son coussin, pour ensuite tourner Sa main et prétendre manifester la bague par miracle.  Bien que ces histoires puissent-être également des mensonges supplémentaires de la part des jaloux, assumons ici, dans l’intérêt de la discussion, que Baba jette occasionellement quelque tours de magie pas chère parmis Ses miracles, et permet à quelques dévots d’apercevoir Son “coup de main”.  Quelle pourrait être la raison derrière ces actes?

          Tout d’abord, il pourrait y avoir de nombreux dévots que Baba souhaite bénir par un cadeau renforçant la foi, mais qui ne sont pas karmiquement assez mûrs pour recevoir un objet divinement manifesté.  (La plupart des âmes de cet âge sont immergés dans une épaisse mondanité, et ne sont ni spirituellement prêts ni méritants pour observer de véritables miracles.)  Aussi, bien que Baba possède définitivement le pouvoir de manifester tout ce qu’Il désire, ainsi que de transformer un objet en un autre d’un simple souffle (Il l’a prouvé encore et encore depuis des décennies), pour certaines âmes, Il pourrait bien plutôt s’engager dans quelque magie de débutant, et sortir une bague d’en-dessous Son cousin au lieu de la manifester.  Cela pourrait permettre à ces dévots de recevoir les cadeaux dont ils rêvaient de Sa main, donnant aiusi un coup de fouet à leur foi, tout en satisfaisant les nécéssités de la Loi du Karma.

          En permettant à un ou plusieurs dévots de s’apercevoir du truc, je suppose que Baba expose simplement un doute qui était déjà en gestation dans leurs mentalités, l’amenant ainsi à la surface afin qu’il y soit perçu directement – et Il leur donne du même coup un examen sévère.  J’imagine qu’Il pourrait dire, “Ainsi, vous vous proclamez Mes dévots!  Mais après toutes ces années passées à expérimenter mon omniscience et mon omniprésence et à observer mes miracles de vos propres yeux, et après avoir entendu et lu les milliers d’anecdotes de guérisons et de bénédictions que J’ai dispensé à d’autres – vous doutez encore de Moi?  Alors peut-être, ne méritez-vous pas d’être Mes dévots?  Là, regardez!  Je suis faux!  J’ai tiré la bague de dessous le coussin!  Maintenant, ne vaudrait-il mieux pas commencer à me dénoncer au monde?  Ainsi, d’autres âmes immatures resteront à l’écart.  Très heureux!”

          Lorsque le dévot doutant est ainsi défié, il fera ou bien le choix de quitter Baba, ou il recevra la grâce de se souvenir de la divinité de Baba, de son pouvoir infini et de sa nature malicieuse – il saura alors mettre de côté tous les doutes et s’élever avec une foi complètement renouvelée.  En utilisant un tel test, Baba peut filtrer les dévots dont la foi se limite aux miracles et manque de vraie dévotion et compréhension tout en retenant plus de dévots matures dont la foi et la dévotion sont basées sur une expérience de ce qu’Il est au niveau de l’âme – une foi que de tels leelas n’ébranlent pas.  (Je suppose que seuls ceux de la deuxième sorte sont prêts pour la quête finale de la Réalisation de Soi, le cadeau ultime, celui pour lequel Baba naquit.)

          Une autre solution possible: en ébranlant la foi d’un dévot basée sur le miraculeux, le test tortueux de Baba pourrait être un appel à s’éveiller du rêve dualiste de la relation Guru-disciple, rompant l’attachement du dévot envers le culte du Guru extérieur, et le laissant sans autre recours que de tourner toute son attention vers l’Atman non-duel – ce qui est, après tout, le véritable but spirituel.  Par ce soudain revirement d’attention vers le Soi intérieur, le dévot pourrait bien tout simplement découvrir Baba d’une toute nouvelle manière, cela pourrait même le propulser tout droit jusqu’à l’Illuminiation – la réalisation permanente que Paramatma Sai est son propre sens du “Je” interieur.

 

 

(Au moment venu, une claque douloureuse du Maître Zen Baba peut-être plus valable qu’un miracle…)  Et rappelez-vous: nous amener jusqu’à l’Illumination est la tâche première, essentielle, du Guru – sa véritable raison d’être, et il accomplira cette tâche par n’importe quel moyen nécéssaire, y compris le mensonge, la tricherie, la rupture de tabous et tout autre méthode valable pour nous rendre profondément misérables à travers nos egos spirituels!

Une chose à garder à l’esprit: créer intentionellement des doutes dans les pensées des dévots est une technique ancienne utilisée par beaucoup de Gurus; je l’ai personnellement vécu avec Ammachi, et j’ai aussi lu que Neem Karoli Baba utilisait la même méthode.

          Voyez vous un meilleur moyen d’amener un dévot face à face avec son propre Thomas doutant, et de le défier de s’élever au-delà de tous ses doutes dans la vrai quête de l’Atma, par une foi inébranlable, l’abandon et l’Amour Divin?

          Connaîssant la nature joueuse de ‘Krishna-Baba’, je me voudrais certainement de lui tenir compte de jouer quelques tours avec Ses matérialisations.  Il est, après tout, une incarnation de Mahamaya, le Créateur de toute l’illusion cosmique, Celui que trompe tous les Etres!  Cependant Il est aussi la Vérité Suprème, et la béatitude suprème – et si nous pouvons apprendre à s’amuser de Ses jeux malicieux autant qu’Il s’en amuse Lui-même, sans insister pour qu’Il joue selon nos règles, je pense que nous aurront marché une bonne part du chemin que conduit à cette béatitude, qui est notre vrai nature éternelle.

          Je connaîs un jeune homme du Mexique qui fût témoin de ce qu’il prit pour une fausse matérialisation de Baba.  Il ne pouvait plus se défaire du doute que cela avait crée dans son esprit et souhaitait secrètement qui Baba y mette fin par quelque chose de réelement ‘intruquable’, tel que faire se déverser de l’eau hors de Sa main.  Le jour suivant Baba l’appela pour une interview, privée, remonta sa manche et maintint sa main en l’air, tournée vers le bas – et soudain, une source d’eau se déversa de Sa main comme sortie d’un robinet!

          Mes amis, est-il bien sage de douter de Lui?

          Pour ceux que ont étudiés Sai Baba en profondeur et observés Ses matérialisations de près, il ne peut exister aucun doute sur l’authenticité de la grande majorité des miracles.  Moi et nombre de mes amis avons vus de multiples miracles indubitablements authentiques: colliers et montres surgissant littéralement du néant sous la main de Baba, juste sous nos yeux.  Et il y a des millers d’histoires crédibles.  Les parents de ma fiancée connaîssent une américaine pour qui Baba matérialisa un jour un bracelet en or, pendant une interview.  Lorsqu’elle essaya de le passer à son poignet, elle le trouva trop petit et n’arriva pas à le faire passer à sa main, alors Baba le reprit, le tint en l’air pour que tous puissent voir, et souffla dessus – et instantanément le bracelet s’élargit jusqu’à une taille nettement plus grande, qui passa aisément autour de la main!  Mais cette fois elle dit, “Swami, maintenant c’est trop gros – il tombe de mon bras!”  Aussi se pencha-t-Il et souffla de nouveau sur le bracelet – et celui-ci rétrécit jusqu’à la taille parfaîte autour de son poignet.

          Est-ce que l’un de vous peut en faire autant?

          J’ai récemment entendu l’histoire d’un australien dont le groupe fût appelé pour une interview.  Il avait oublié son “foulard de groupe” de couleur jaune, et dans la panique imagina courir jusqu’à sa chambre – il fit la moitié du chemin vers la sortie, puis changea d’avis et prit le risque d’être rejeté à la porte de la salle d’interview.  Baba le laissa grâcieusement entrer, sans foulard, et pendant l’interview Baba matérialisa une bague pour lui, avec l’habituelle figure de Baba imprimée dessus, qui fût passée pour que chacun puisse l’admirer.  Après l’interview, le jeune homme retourna à sa chambre et fît un somme, et lorsqu’il s’éveilla, il s’apperçu que la photo sur la bague avait subit un transformation miraculeuse: à présent, Baba était représenté avec un foulard jaune autour du coup!  (J’ai entendu l’histoire de quelqu’un qui était à l’ashram au même moment et vit la bague transformée lui-même.)

          Dites, comment Baba “truqua” t’Il celle-là?

          Une chose à garder à l’esprit: les cadeaux que Baba donne reflettent les qualités des personnes à qui ils sont donnés.  De plus, ce que nous voyons dans le miroir Sai (et recevons de Lui) réfléchit premièrement nos propres mentalités.  Baba matérialise souvent des bagues ornées de diamants, certaines de ses bagues ont été évaluées à plus de 2 millions de francs.  Cependant un ‘dévot’ (qui dénonce maintenant Baba dans le monde entier) reçu également une bague de Baba – et lorsqu’il l’amena chez un bijoutier pour y être évaluée, on lui dit qu’il ne s’agissait pas du tout de diamant, mais de simple verre bien taillé!  N’est-ce pas merveilleux que Baba donna une telle bague à quelqu’un qui se révelera être un dévot complètement faux?

          Je suis convaincu de ceçi: si Baba s’adonne à quelques “miracles bidons”, ce n’est rien qu’une autre facette de Sa maya – spécialement conçue pour créer des rumeurs négatives qui testeront les dévots et empècheront les âmes trop jeunes de reconnaître Qui Il est.  Ceux qui pensent qu’ils ont trouvé ‘le truc du magicien’ ont en fait été trompés par la maya de l’Avatar, et par ce même procédé ont prouvés eux-mêmes qu’ils n’étaient pas encore prêts pour supporter la gloire de l’incarnation vivante de Dieu.

 

Sa Vraie Mission

 

          Afin de comprendre les miracles de Baba, il est important de se rappeler Ses propres mots à ce sujet.  Il à dit qu’en comparaison avec Sa véritable mission, Ses miracles sont “comme un moustique sur le dos d’un éléphant.”  Il répéte ce que Shirdi Sai Baba disait si souvent: “Je leur donne ce qu’ils veulent ainsi ils désireront ce que J’ai à leur donner!”  Il dit qu’Il n’est pas venu pour manifester des bagues ou nous bénir par des promotions ou des guérisons – la raison de Son incarnation est d’introduire une nouvelle ère de Paix Divine sur Terre, et d’établir les qualités divines dans nos cœurs:

 

“Ce Sai est venu afin d’achever la tâche suprème d’unir toute la race humaine à travers le lien de la fraternité, d’affirmer et d’illuminer la Réalité Atmique de chaque être afin de révéler le Divin, qui est la base sur laquelle le cosmos entier repose.  Ce Sai est venu pour nous apprendre tous à reconnaître le Divin Héritage commun, qui relie l’homme à l’homme, si bien que l’homme peut se libérer de l’animal et s’élever au Divin, que est son but.  Ce Sai est venu montrer que l’amour – Prema – est la voie la plus simple pour atteindre le Divin.”[24]

 

Baba dit qu’Il est venu pour “avorter la crise qui est descendue sur l’humanité”, et pour inaugurer un nouvel âge de sagesse divine sur la terre, un âge doré de paix, d’Amour et de compréhension – et Il nous assure qu’Il réussira.  Dans le milieu des années 80, Il dit à Ses étudiants qu’Il travaillerait directement à travers les pensées de Ronald Reagan et Michael Gorbachev afin d’amener un changement dans le monde.  J’aimerai suggérer que la chute du communisme mondial se produisant moins de dix ans après cette déclaration n’est pas une simple coïncidence!  (Comme dit une fois Baba dans les années 70 alors qu’on le questionnait sur le communisme, “Communists?  Come you next!”  Faisant ainsi un jeu de mots signifiant que les communistes viendraient à Lui dans les années à venir.)  Maintenant Baba a des milliers de dévots provenants des nations anciennement communistes, répandant Son message d’Amour Divin là où de tels mots étaient interdits depuis des décénnies.  Certainement le monde est-il devenu un endroit meilleur par le travail de Baba; la terre, par Son plan, se trouve maintenant à un cheveu de Planète Paix.  Sans-doute cela viendra-t-il avec Prema Sai, la prochaine incarnation de Baba – devant naître au sein de quelque famille sud-indienne bénie autour de 2028 – lorsque le niveau global de connaîssance spirituelle atteindra la masse critique, et que la Terre et son atmosphère se verront finalement transformés divinement, en une Paramatma-sphère.  Puisse le jour venir bientôt!

 

Le Parfum de Son Enseignement

 

          Les enseignements de Baba couvrent de nombreux points de vue, et ressemblent tout d’abord à un résonant ‘Oui!’ motivant le monde entier vers tous les chemins spirituels légitimes et les vérités basiques soutenant toutes les religions.  La plus grande partie de Ses enseignements s’orientent sur l’amour – l’amour pour Dieu et pour tous les êtres – comme étant le corps essentiel de la spiritualité.  “Commencez le jour dans l’Amour.  Remplissez le jour avec de l’Amour.  Finissez le jour dans l’Amour.  Ceci est la voie vers Dieu!”  Et cet amour doit-être donné à tout le monde, toujours, sans exception: “Aimez tout le monde, servez tout le monde!  Aidez toujours, ne blessez jamais!”

          Cependant, alors que j’explorais Ses enseignements plus profondément, je découvris qu’Il est aussi un maître de la philosophie advaitique, et un habile orateur pour exposer la voie de jnana (la voie de la sagesse Atmique).  “L’intérêt principal de la vie humaine est d’acquérir la connaîssance de l’Atman.  Ceci est la véritable Purusharta [but de la vie, éffort].  La vie humaine se trouvera complète seulement si ce but est réalisé.”[25]  Les approches variées sont magnifiquement contenues dans Ses discours, où la dévotion et l’intégration Atmique se voient données la même importance.

          Baba insiste aussi sur la pratique de ce qu’Il appelle les cinq principales valeurs humaines, nommément: Amour, Vérité, Paix, Action Juste, et Non-Violence.  Dans nombre de Ses discours, Il nous engage à dédicacer toutes nos actions à Dieu et vivre d’un inépuisable service désintéressé pour l’humanité.  Il donne également grande importance à la pratique de la sympathie, et l’utilisation d’un language agréable en toutes circonstances, disant “Vous ne pouvez pas toujours obliger, mais vous pouvez toujours parler obligeament.”  Baba préconise la méditation quotidienne pour tous, et la répétition des Noms de Dieu avec amour, la pratique des chants dévotionnels, et la pratique de voir et servir Dieu à l’intérieur de chacun, pointant en particulier sur le rappel continuel de la Divine Réalité.  “La spiritualité signifie l’attention/présence constamment intégrée.”

          Fait intéressant, Il n’encourage pas Ses dévots non-Hindous à devenir Hindous, mais plutôt, à utiliser Ses enseignments pour devenir les meilleurs Chrétiens, Juifs, Musulmans ou Boudhistes qu’ils peuvent-être.  Beaucoup des chants de dévotions chantés aux ashrams de Baba contiennent les noms d’Allah, Jésus, Zaratoustra, Mahavir, Moïse, Guru Nanak et Boudha, sans compter les noms des Avatars Hindous.  Cela semble être une façon claire de déclarer ‘Ecoute, Ô monde!  Le Seigneur est Un!’

 

“Il n’y a qu’une seule religion, la religion de l’Amour.

Il n’y a qu’une seule caste, la caste de l’humanité.

Il n’y a qu’un seul language, le language du Cœur.

Il n’y a qu’un seul Dieu, et Il est omniprésent.”

 

          Afin d’aider à la réalisation de Ses enseignements primordiaux – le fait que nous sommes Dieu – Il recommande l’utilisation du mantra ‘So Ham’ (signifiant “Je suis Lui”, ou “Je suis Dieu”).  Il a également offert à Ses dévots cette maha-affirmation:

 

Je suis Dieu!  Je suis Dieu!  Je ne suis pas différent de Dieu!

Je suis l’Absolu éternel indifférentié!

Négativité et anxiété ne peuvent pas m’affecter.

Je suis toujour content.  La peur ne peux pas me pénétrer.

Je suis Satchidananda!  Je suis pure Existence, Connaîssance, et Béatitude.

Je suis omnipotent!  Je suis Tout-Puissant; rien n’est impossible pour Moi!

Je suis omniscient!  Je connais Toutes Choses; il n’y a rien qui me soit inconnu!

Je suis omniprésent!  Je suis partout présent.  Je nourris cet univers!

Je suis Krishna!  Je suis Christ!  Je suis Boudha!

Je suis Sai!  Je suis Sai!  Je suis Sai!

Je suis Dieu!  Je suis Dieu!  Je suis Dieu!

 

(Essayez de répéter cela dix fois par jour et voyez à quelle vitesse votre vie change…!)

 

Baba est Aussi un Parfaît Jnani

 

          J’ai noté que de nombreux chercheurs sur la voie du jnana tendent à mal interpreter Sai Baba, et le regarde de haut en raison de Ses miracles, convaincus qu’ils indiquent qu’Il est un ‘showman’ non-réalisé capturant des cœurs immatures avec des trucs de yogi.  J’aimerai apporter une brève réponse.  Si l’on en croit le témoignage d’Anandamoyi Ma et des autres Saints cités plus haut, Sai Baba est une incarnation complète de Dieu, telle que le monde n’en a pas vu depuis des milliers d’années.  Jésus et Krishna accomplirent aussi des miracles fréquemment, n’est-ce pas?  Qui imaginerait que cela signifie qu’ils n’avaient pas réalisés le Soi?  De manière simple, accomplir des miracles est l’un des aspects fondamentaux du métier d’Avatar.  Lorsque Dieu prend naîssance sur terre, Il vient toujours chargé d’une immense mission à accomplir.  La mission de Baba semble être d’élever la Terre d’un âge de matérialisme et de folie nucléaire vers une époque de compréhension divine et de paix – et pour ce faire, Il doit établir la foi en Dieu dans le cœur de millions d’incroyants.  Les miracles sont tout simplement la manière la plus éfficace d’accomplir cela.  (C’est certainement aussi vrai aujourd’hui qu’à l’époque de Jésus, taut que nous ne voyons pas des signes et des merveilles, nous ne croiront pas!)  Si quelqu’un matérialisait miraculeusement un collier sous vos yeux, le passant tendrement autour de votre tête, et puis vous disait le plus profond secret de votre cœur – serait-il encore possible pour vous de douter de l’existence d’une plus haute Réalité?  Est-ce que ces petits miracles n’auraient pas un grand rôle, vous prouvant l’amour que Dieu a pour vous?

          L’arrivée d’une Incarnation Divine telle que Sai Baba pourrait bien être un peu comme lorsque Alfred Hitchcock jouait un rôle dans ses propres films.  Bien qu’Hitchcock écrivit et dirigea la totalité du film, son personnage à l’écran pouvait bien-être un simple vendeur de glaces en arrière-plan, visible à peu près une minute, que beaucoup de spéctateurs ne remarqueront même pas.  Mais ceux qui le reconnaîtrait diraient alors ‘Ce n’est pas seulement un figurant – il est l’auteur et le directeur du film entier!’  De la même manière, il y a ceux qui voient en Sai Baba un simple “montreur de miracles”.  Regardez de plus près, mes amis.  Il écrivit ce film, et vous attribua votre rôle!  (Mais pas d’inquiétude – votre propre performance sera reconnue. “Excellent!  Comme si Dieu Lui-même avait joué ce rôle!”)

En plus de Son rôle d’incarnation de Dieu, l’Avatar est aussi un Maître Réalisé, en fait, ceci est la première qualification d’un Avatar.  Il est le Paramatman, l’expansion infinie de la pure Présence au sein de laquelle le domaine tout entier de l’espace et du temps flôtte, tel une fine bulle – et l’Avatar sera toujours conscient de Son identité de Paramatman, sans quoi il ne serait pas nommé Avatar!

Je déclare humblement que Sathya Sai Baba, miracles y compris, est un parfaît Jnani, tout à fait capable de guider un adepte sur la voie du Jnana (ou encore toute autre voie), tout au long jusqu’à la Réalisation du Soi.

 

Baba et Ramana Maharshi

 

          A propos de Jnanis; au moment de la mort de Ramana Maharshi (l’un des plus grands Maîtres Réalisés du siècle passé) un phénomène extraordinaire se produisit à l’ashram de Baba, donnant une idée à la fois de l’identité de Baba et de Sa relation avec Ramana.  Un dévot de Sai nommé Varadu rapporta l’évènement:

 

          “La nuit où Ramana Maharshi quitta son corps à Tiruvannamalai [14 avril 1950], J