Poésie Rudolphe S. Plesdin

 

Page d'accueil

Autres poèmes

Ecrire à Rudolphe

 

EYSOLIS

 

Il y a du levant bien longtemps, et pourtant, il me semble,

qu'il n'y a qu'à l'instant que ce fut des amants le printemps.

Mais, hélas, de mes vingt ans je n'eus pas le temps à belles dents, 

que le temps cet impudent me fit important, 

près de l'étang des jeux latents...

 

Dernière actualisation : 31/07/2001

Webmaster : [email protected]

 
Hosted by www.Geocities.ws

1