Le picard est une langue romane issue du latin, comme le français; cependant, même si ces deux langues partagent des éléments communs, elles sont distinctes : le picard n'est donc pas, contrairement à l'idée répendue, une déformation du français. Cette langue est parlée du sud de l'Oise au sud de Bruxelles en passant bien sûr par la Picardie et le "Nord-Pas-de-Calais"; la "Somme" et le "Pas de Calais" en constituent le coeur.

Les premiers écrits picards datent du IXème siècle; la langue a connu son apogée fin XIIIème - XIVème siècle. A partir du XVème siècle la langue tombe en désuétude face au français qui s'impose. Au XIX ème siècle, la langue réapparait dans la vie quotidienne, avec à la fois l'ère industrielle et une volonté de retour aux sources, de retrouver certaines racines paysannes.

Les ambassadeurs de notre langue sont Edourd Paris (auteur d'une grammaire du Picard), Edouard David (poète amiénois), Alexandre Desrousseaux (auteur du "P'tit Quiquin", très connu dans le Nord surtout, créé en 1853). Au XXème siècle, une nouvelle impulsion est donnée dans les années 60 grâce à l'association Eklitra (pour la sauvegarde de l'identité picarde) et un renouveau régionaliste, dont nous autres identitaires picards nous réclamons. Il est à noter que 2 artistes actuels ont compris la dimension culturelle du picard: Renaud, qui en 1992 a sorti son album "Cante el'Nord", reprises de chansons traditionnelles en picard, et DanyBoon, humoriste qui pour le spectacle de ses 10 ans de scène parle entièrement en picard.

Certain se demanderont peut-être pourquoi notre site, "identitaire picard", n'est pas rédigé dans cette langue... La raison en est simple: peu de monde comprendrait cette langue qui, hélas, est en danger, à cause d'un enseignement très limité (essayez donc de trouver des cours de picard, même à l'université d'Amiens c'est difficile...) et d'une pratique discrète. Sous Mitterand, qui n'a pas fait QUE des conneries, des cours de picard étaient donnés dans de nombreux collèges et lycées. Cette initiative n'a malheureusement pas duré... Sans enseignement et sans évolution des mentalités, le picard risque de ne pas passer le XXIème siècle. Car les mentalités ne vont pas dans le sens d'une reconnaissance culturelle du picard: cette langue est considérée comme un patois populaire; elle se pratique au sein de la famille, mais il est mal vu de parler picard. Certains même estiment qu'il s'agit d'une langue de "beaufs" (ce que NOUS estimons beauf, au contraire, c'est de prendre un accent parisien pour se donner un air supérieur...).

L'autre raison pour laquelle on entend plus parler de langue basque, bretonne, flamande, etc., que de langue picarde, c'est tout simplement l'absence de revendication politique liée à la pratique du picard. C'est pourquoi nous, des Jeunesses Identitaires de Picardie, nous soutiendrons toute initiative qui permettrai de redonner au picard ses lettres de noblesse. Il est temps de tourner la page du jacobinisme destructeur des identités, tout en luttant sans concessions contre la mondialisation, qui elle aussi menace notre patrie charnelle: la Picardie. Nous devons combattre pour la Picardie, ce qui n'empêche pas de se sentir aussi Européens : notre combat est aussi celui de l'Europe aux 100 drapeaux.

"Picards, réveillez-vous!"

1
Hosted by www.Geocities.ws
GridHoster Web Hosting